Habiter, transformer, accueillir.

Leipzig 2017 – english version below.

« Construire, c’est organiser des processus vitaux »

Walter Gropius

A Leipzig, nous continuerons de rechercher nos aliens ! Cyborg ou chimères contemporaines, qui nous permettraient d’ouvrir de nouvelles voies d’action et de médiation.

« See, share, debate » dans un monde de flux, de systèmes humains, biologiques ou technologiques, désordonnés et dispersés, aux interconnections complexes. Cela nous apparaît passer par un lien encore plus étroit avec l’art et la poésie, une recherche de métaphores nous permettant d’approcher au plus près notre présent.

Dans les années 80, Donna Haraway, convoque le cyborg comme figure permettant de dépasser les systèmes de domination qu’ils soient basés sur le genre, sur la race, sur la sexualité ou la classe :

« Être un, c’est être autonome, c’est être puissant, c’est être Dieu ; mais être Un est aussi être une illusion, et ainsi être impliqué dans une dialectique apocalyptique avec l’autre.

Pourtant, être autre, c’est être multiple, sans bornes précises, effiloché, sans substance.

Un, c’est trop peu, mais deux, c’est déjà trop »

Manifeste cyborg et autres essais.

Ni un, ni deux. Hybride ! Tiers ! Espace indéterminé, zone spéculative, espace de fertilité, d’imagination politique, de prémonition comme de pensée du biopolitique. Miriam Simun cherche sa chimère, en devenant pieuvre. Quel cyborg, quelle chimère nous permettra de penser une forme politique qui concentre l’histoire, qui ne serait plus alors niée, mais absorbée ? De penser l’espoir plus que la perte ? Un présent fécond plus qu’un passé nostalgique ou un futur inhibiteur ?

« La vie est obscène de foules

De noir sur blanc

La mort est mon pouls.

Ce qui peut être a été

N’est pas pour lui ou pour moi

Mais ce qui pourrait être

Inonde le ventre à me noyer »

Sonia Sanchez

Penser Cyborg, penser chimère, c’est avant tout penser ce qui pourrait être … pour vaincre notre histoire, nos nationalismes comme nos indifférences, nos égoïsmes comme nos dénis. Habiter, transformer, accueillir plus que fuir, refuser ou rejeter. Penser la traduction plus que la différence. Penser le rassemblement ! Le rassemblement des corps, des aliens et des hybrides comme condition de la démocratie !

C’est notre invitation à Leipzig, dans cette Allemagne, qui a accueilli paisiblement près de deux millions de réfugiés depuis 2015, dans cette Allemagne de l’Est aux convulsions brutales, dans cette Allemagne profondément européenne.

A bientôt,

Pascal, pour Iteam

 


 

Leipzig 2017 – Live, transform, welcome

 

«To build is to organise fundamental processes»

Walter Gropius

 

In Leipzig we will continue to search for those aliens! Cyborgs or chimera of today that will enable us to access new paths of action and intervention.

“See, share, debate” in a world in flux, human, biological and technological systems that are out of order or spread far and wide, whose interconnections are complex. This seems to bring us to an even closer connection with art and poetry, a search for metaphors that allow us to approach the present more closely.

In the 1980s Donna Haraway offered the cyborg as a figure that permits us to break through systems of domination, whether based on gender, race, sexuality or class.

«To be one is to be autonomous, powerful God, but to be one is also an illusion, and then caught up in an apocalyptic dialectic with the other.

However, to be other is to be multiple, without clear boundaries, frayed, insubstantial.

One is too little but two is already too much

Cyborg Manifesto and Other Essays

Neither one nor two. Hybrid! A space that is indeterminate, an area that is speculative a space of fertility, political imagination, premonition and biopolitical thought. Miriam Simun is searching for her chimera by becoming octopus. What cyborg, what chimera would enable us to think of a form of politics that concentrates history and then no longer denies but absorbs? That thinks hope more than loss? A rich present rather than a nostalgic past or a forbidding future?

“Life is obscene with crowds

of white on black.

death is my pulse.

what might have been

is not for him/or me

but what could have been

floods the womb until I drown.”

Sonia Sanchez

Thinking Cyborg, thinking chimera, is above all thinking what could be … to overcome our history, our nationalisms as our indifferences, our egoisms as our denials. To live, to transform, to welcome more than to flee, to refuse or to reject. Think of translation more than difference. Think of the gathering! The gathering of bodies, aliens and hybrids as a condition of democracy!

It is our invitation to Leipzig, in this Germany, which has peacefully welcomed nearly two million refugees since 2015, in this East Germany with brutal convulsions, in this deeply European Germany.

See you soon,

Pascal, for Iteam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *