Springtime has come, the ice has melted

From Leipzig – February 2017

Sur le chemin du retour

Les rivières sont gelées

Comment remettre en circulation

Les flots, l’eau, et tout ce que la surface reflète ?

Les poissons survivent-ils dans les bas-fonds ?

 

Briser la glace

De toute cette combinaison d’étrangeté

Encore gelées.

 

On dit que les atomes même cristallisés communiquent.

Peut-etre à un autre niveau

 

Au milieu des pins dressés,

je repense à la ligne

La ligne et l’arborescence

Les maisons du Bauhaus

Le progrès?

L’innovation, les grands projets.

Tendre vers le haut comme un arbre ou assembler les formes géométriques comme Gropius & co ?

Bauhaus house, the line and the tree view
Tetris blocks that will never match

Quel organisme incarnerait le mieux notre idéal ?

Nous voudrions prendre soin, « take care ». Nous devrions ouvrir cet espace. Construire des ponts dans les airs à travers les continents et les mers. Creuser des tunnels vers d’autres contrées. Des tunnels comme des tubes reliant les organes de ce grand organisme vivant et complexe qu’est notre Europe, notre monde. Des tunnels: des vaisseaux, des veines, pour que circule la vie. On prendrait des petites navettes pour nous déplacer et apporter bulles d’oxygène globules rouges ou blancs aux organes qui en ont besoin, comme dans « Il était une fois la vie ».

En période de grand froid le corps à tendance à isoler certains membres pour préserver les organes internes.

Question de hiérarchisation…mais ce sont toujours les mêmes qui ont froid: les mains, les pieds, les oreilles, la tête.

What about a body that wouldn’t have this problem?

« Mains froides, coeur chaud »?

Why not a heart beating and pumping,  sending its healthy warmth to the now far ends.

Thus, warm hands to build, give, caress, write, draw, play…

Warm feet to move, walk, dance and wander…

Warm ears that would be attuned to reality, ready to hear sounds and silence, dropping the comfortable hat that keeps them warm but filters the rumble of the world .

Finally, a warm brain,  always at work,  building new paths between synapses,

a « perpetual cellular learning », a new cartography for an evolving organ that would really care.

Voilà peut être ce qui gravite et survit sous la surface glacée.

Valentina G.

Back from Kiev now

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *