Etre un Vautour

Exercice de transformation animale – octobre 2017

 

Déchiqueter les plaies, sentir les panses glisser dans ma gorge, j’adore.

L’odeur du cadavre me grise, je plane d’ivresse avant de plonger sur la bête.

Parfois j’attrape un os et je le balance du plus haut que je puisse.

Les os se fracassent et leurs sons résonnent dans la vallée.

Mon festin est assuré et je pense à Schubert

Perché sur la falaise, j’attrape le soleil et nous nous jetons dans le vide

Elle vole au-dessus de moi et son allure me soutien pour aller plus loin, plus haut

Les vents chauds nous ont aidés à traverser trois vallées pour trouver un troupeau

En pâture près du vide, ils ont pour beaucoup glissé.

Nous sommes repartis laissant derrière nous un charnier propre, des os bien raclés.

Mon corps est léger ce soir. Mes ailes me portent pour rentrer.

octobre 2017 – A.Foltz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *